Les Amours jaunes; suivi de six poèmes retrouvés et de Casino des trépassés et L'Américaine

By Tristan Corbière, Christian Angelet

Version enrichie (Préface, notes, file sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)

« On peut aimer jaune comme on rit jaune », disait André Breton des poèmes de Corbière pour souligner leur dissonance majeure. Et ce sont bien, en effet, les fausses souffrances et les fausses grandeurs qui sont ici tournées en dérision par un poète qui s'éloigne de sa propre picture et, de soi à soi, vient creuser los angeles plus grande distance. L'écriture s'ouvre ainsi à l. a. parodie qui dénonce l'imposture des formes, et à toutes les ressources d'un jeu verbal où l'ironie dit amèrement los angeles discordance de vivre. Lorsqu'il paraît en 1873, le recueil ne rencontre guère d'écho. Un an plus tard, tout jeune encore, son auteur meurt, et ç'aura été son seul livre. Mais en faisant de Corbière, dix ans plus tard, un de ses « poètes maudits », Verlaine ouvre une nouvelle carrière aux Amours jaunes dont le héros de Huysmans, des Esseintes, apprécie de son côté, dans A rebours, l. a. veine excentrique et cocasse. Après quoi, les surréalistes situeront Corbière à sa véritable hauteur en faisant de lui, à côté de Rimbaud et de Lautréamont, l'artisan d'une révolution poétique essentielle.

Show description

Quick preview of Les Amours jaunes; suivi de six poèmes retrouvés et de Casino des trépassés et L'Américaine PDF

Show sample text content

22. Charenton : ville où se situe un asile d’aliénés célèbre. Insomnie1 Insomnie, impalpable Bête 2 ! N’as-tu d’amour que dans los angeles tête ? Pour venir te pâmer à voir, Sous ton mauvais œil, l’homme mordre Ses draps, et dans l’ennui se tordre !... Sous ton œil de diamant noir. Dis : pourquoi, durant los angeles nuit blanche, Pluvieuse comme un dimanche, Venir nous lécher comme un chien : Espérance ou remorse qui veille, À notre palpitante oreille Parler bas... et ne dire rien ? Pourquoi, sur notre gorge aride, Toujours pencher ta coupe avide Et nous laisser le cou tendu, Tantales3, soiffeurs de chimère 4 : – Philtre amoureux five ou lie amère, Fraîche rosée ou plomb fondu !

J’aime l’amour et l. a. brise, Quand ça frise... Et pas quand c’est secoué. – Comme un parapluie en flèches, Tu te sèches, Ô grand soleil ! grand ouvert... À bientôt l’ombrelle verte Grande ouverte ! Du printemps – été d'hiver. – l. a. ardour c’est l’averse Qui traverse ! Mais l. a. femme n’est qu’un grain : Grain de beauté, de folie Ou de pluie... Grain d'orage – ou de serein. – Dans un clair rayon de boue, Fait los angeles roue, l. a. roue à grand appareil, – Plume et queue – une Cocotte Qui barbotte ; Vrai déjeuner de soleil 1 !

A Ça1 ? What ?... (SHAKESPEARE. ) Des essais ? – Allons donc, je n’ai pas essayé ! Étude ? – Fainéant, je n’ai jamais pillé. Volume ? – Trop broché 2 pour être relié... De los angeles copie ? – Hélas non, ce n’est pas payé ! Un poème ? – Merci, mais j’ai lavé three ma lyre. Un livre ? –... Un livre, encore, est une selected à lire !... Des papiers ? – Non, non, Dieu merci, c’est cousu ! Album ? – Ce n’est pas blanc, et c’est trop décousu. Bouts-rimés ? – Par quel bout ?... Et ce n’est pas joli ! Un ouvrage ? – Ce n’est poli ni repoli.

Une femme que je n’ai pas. – L'idéal à moi : c’est un songe Creux ; mon horizon – l'imprévu – Et le mal du will pay me ronge... Du can pay que je n’ai pas vu. Que les moutons suivent leur direction, De Carcassonne à Tombouctou... – Moi, ma course me go well with. Sans doute Elle me suivra n’importe où. Mon pavillon sur moi frissonne, Il a le ciel pour couronne : C'est l. a. brise dans mes cheveux... Et dans n’importe quelle langue Je puis subir une harangue ; Je puis me taire si je veux. Ma pensée est un souffle aride : C'est l'air.

Il faut me faire aussi... — Oui, dans votre hamac. Voyez le bel ours qui vous attend là. — Oui, superbe peau. Mais je ne veux pas dormir chez un homme ; chez mon époux seulement, plus tard. Maintenant, je veux mettre ces grandes bottes qui sont là et monter avec sur le pont. Allons, aidez-moi. » Il fallut bien. Étendue sur un caisson, elle tendait sa jambe. Heurtée, meurtrie par le roulis, elle m’avait empoigné le cou, et je travaillais de mon mieux. Le gros pantalon ne pouvait entrer dans les tiges ; il fallut le couper au-dessus du genou avec mon couteau, qui ne coupait pas.

Download PDF sample

Rated 4.23 of 5 – based on 17 votes