Le Fils Rejeté (Le Soldat Chamane, Tome 3)

By Robin Hobb

Revenu dans sa famille pour assister au mariage de son frère aîné, Jamère se retrouve en butte au mépris et à l’hostilité de tous à reason de son inexplicable embonpoint. Son père n’accepte pas que son fils soldat laisse libre cours à son appétit et l’accable de son profond mépris ; sa sœur Yaril ne lui cache pas los angeles répugnance qu’il lui encourage et sa fiancée Carsina lui tourne le dos. Nul ne veut entendre son explication : il doit sa corpulence à los angeles magie ocellionne, théorie dont sa half gernienne a du mal à se convaincre. Il a beau travailler comme un forcené aux champs, se priver de nourriture, rien n’y fait pour qu’il maigrisse. Jamère croit avoir toucher le fond de l’humiliation le jour du mariage de son frère où tous ses gestes, toutes ses paroles sont vus comme ceux d’un goinfre incapable de maîtriser sa gloutonnerie. Mais l. a. peste ocellionne n’a pas fini ses ravages....

Show description

Quick preview of Le Fils Rejeté (Le Soldat Chamane, Tome 3) PDF

Show sample text content

Certainement », fis-je entre haut et bas en espérant une réaction de Carsina, mais en useless. Le trio s’en alla majestueusement vers l’autel. Le gros de los angeles foule s’y dirigeait aussi et je suivis le mouvement, accablé. Je pris soudain moral sense de mon expression renfrognée, redressai les épaules et plaquai un sourire affable sur mes lèvres : j’assistais au mariage de mon frère ; pas query de laisser ma déception personnelle gâcher l. a. fête pour quiconque. Aussi, au lieu d’accompagner le trio ou de tenter de m’y joindre, optai-je pour une position assez proche de celle d’Elisi pour qu’on me reconnût comme son frère mais assez éloignée pour ne pas l. a. mettre dans l’embarras.

En moi, l. a. gêne le disputait à l’envie pressante de me lever pour me rendre à l. a. desk des confiseries : malgré ce que je venais de consommer, je salivais encore à l’arôme de vanille tiède et sucrée qui flottait dans l’air et au parfum des petites pâtisseries fourrées aux fraises aigrelettes. � As-tu terminé, Jamère ? » Mon père avait posé los angeles query si doucement qu’un autre l’aurait crue empreinte de bienveillance. � Je ne sais pas ce qui m’a pris, dis-je, penaud. — Ça s’appelle l. a. goinfrerie », répondit-il durement.

Oui. » Elle renifla puis, encore une fois, s’essuya précipitamment les yeux et se moucha. � Vois-tu, comme nous supposions que tu porterais ton uniforme, nous n’avions pas prévu de temps pour te fabriquer une tenue ; par conséquent, nous en avons moins european pour travailler sur l. a. gown d’Elisi, qui présente un modèle de col complexe, à los angeles dernière mode. l. a. dentelle dressée ne tient pas ; néanmoins, même sans cette fraise, l’ensemble rend très bien. Ta sœur est à cran, voilà tout ; au mariage, il y air of secrecy un jeune homme, Dervis Tôlière, invité par l. a. famille Porontë.

J’empaquetai aussi mon beau magazine de fils militaire motor vehicle je ne supportais pas l’idée de le laisser derrière moi ; quant à mes manuels d’école, j’eus du mal à les abandonner : je m’avouais du même coup qu’une éducation de qualité ne faisait plus partie de mon avenir. Je ne fermai pas l’œil cette nuit-là et je me levai à l’aube. Je fis ma toilette, me rasai, me coiffai, enfilai le dress qui m’allait le mieux et m’assurai que mes bottes étaient bien cirées. J’allais prendre mon pistolet et mon épée quand je découvris le dernier coup que m’avait porté mon père : ils avaient disparu.

Ses vêtements étaient élimés et fripés, ourlés de poussière ; défraîchie, sa gown à manches longues descendait à peine en dessous de ses hanches, retenue à los angeles taille par une lanière de cuir cru ; son pantalon marron avait blanchi aux genoux et s’effilochait aux chevilles. Son cou-de-cygne pendait à son flanc, mais le fourreau en cheveux avait l’air sale et usé. Lui-même avait vieilli, et mal vieilli. Quatre années avaient goé depuis notre dernière rencontre mais, à le voir, on eût cru qu’elle remontait à vingt ans : l. a. cataracte embrumait ses yeux gris autrefois si perçants, son dos s’était voûté, il avait laissé pousser ses cheveux qui tombaient désormais sur ses épaules en maigres mèches blanc jaunâtre.

Download PDF sample

Rated 4.58 of 5 – based on 16 votes